Forum RPG Zelda
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rakka ~ Double compte d'Ashiyu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Rakka ~ Double compte d'Ashiyu   Lun 15 Aoû - 20:22

Nom : Aucun

Prénom : Rakka

Âge : 17 ans d'apparence et de vie «active», en réalité plus de 300 ans.

Race : Hylienne

Armes : Son bras, qui n'est pas vraiment son bras en réalité mais un organisme parasite et autonome dans les situations de péril pour son hôte. Sinon le membre reste sous contrôle de la jeune femme. Ce bras est bien plus résistant qu'un bras ordinaire puisqu'il est capable de parer un sabre sans subir de dégâts, et sa forme est malléable. En revanche, si le bras est blessé, Rakka en ressent la douleur.

Description Psychique : la jeune femme est ce que l'on pourrait appeler une marionnette. Aucune émotion ne traverse son esprit, aucune envie particulière, juste une peur : celle de déplaire à «la voix». Cette voix, c'est ce qu'elle appelle sa conscience. Elle lui dit ce qu'elle doit faire, ce qu'elle ne doit pas faire. C'est entre autre elle qui lui a dit de porter un bandeau... Tant que la voix est contente, elle l'est aussi. Si la voix lui dit, elle fait. C'est simple, non ? Et cette voix ne rencontre aucune résistance dans l'esprit vide de la jeune femme, qui semble incapable de la moindre réflexion autonome...
Qui semble. Il arrive en effet, quoique très rarement, que la folle retrouve un semblant d'autonomie. À ces moments là, la moindre hallucination est propre à la mettre mal à l'aise, et elle fuira la compagnie des autres. De peur, non seulement qu'on lui donne la chasse pour son attitude étrange, mais aussi que son bandeau ne tombe, projetant sur le monde ses hallucinations... Car si tout se déroulait seulement dans le domaine de son esprit, le problème aurait été moindre... Mais ses hallucinations ayant la particularité d'investir le monde réel, et souvent pour le plus grand malheur de la jeune femme, il lui faut être prudente. Lors de ses moments de lucidité, elle a de longues conversations avec sa «conscience», lui demande parfois par précaution des choses à lui ordonner lorsqu'elle est «déconnectée» sans avoir pour autant la certitude que ses demandes seront appliquées... En effet, elle n'a que de vagues souvenirs de ses trop longues périodes de folie. Elle se montre d'une prudence parfois maladive, incapable de s'engager dans quoi que ce soit sans avoir la certitude qu'il n'y a aucun problème. Et elle fuit les êtres pensants, de peur de leurs causer des problèmes... Elle est donc extrêmement malhabile dans sa façon d'interagir avec les autres, et cela lui fournit un prétexte supplémentaire pour les éviter. Elle est donc devenue froide, son visage affichant un air vide le plus souvent. Lorsqu'elle plonge dans ses moments de folie, elle n'affiche plus qu'un léger sourire tant que la «conscience» est satisfaite, et un air pincé lorsqu'elle ne l'est pas...

Description Physique : Un physique qui aurait pu paraître banal s'il n'y avait eu la couleur si particulière de ses cheveux... D'un rose pâle, ils lui tombent jusqu'aux genoux. Pourtant ils n'ont pas toujours eu cette couleur... Cela remonte en réalité à ses 13 ans, mais nous verrons cela plus tard... Ses yeux, d'un bleu reflétant la couleur du ciel lors des jours de beau temps, sont cachés par un bandeau noir pour l'empêcher de subir ses hallucinations visuelles, en plus des autres, et aussi de projeter ses hallucination dans le monde... Car ses oreilles pointues captent parfois des bruits qui n'existent pas, et une voix en particulier qui lui sert de «conscience» dans le sens qu'elle lui dit ce qu'elle doit faire... Ses longs doigts fins perçoivent parfois des sensations qui n'existent pas... son nez fin et droit capte des odeurs qui ne sont pas là... De même que sa bouche, aux lèvres assez harmonieuses. Son visage, écrin de ses sens si aisément sujet aux hallucinations, est rond et présente un menton pointu. Son corps aux muscles fins forgés par des années de voyage et de survie est assez bien proportionné, bien qu'elle reste plutôt plate. Le grain de sa peau est pâle, exception faite de son bras droit qui est plus dans les tons franchement gris et présente des doigts à la forme légèrement griffue.
La folle se vêt en général de vêtements noires, car la couleur est plus discrète et de plus elle l'affectionne, bien que son bandeau l'empêche de la voir. Ses vêtements se constituent d'un tee-shirt sans manches mais avec col noir, et d'une jupe de même couleur lui arrivant à mi-cuisse. En dessous de celle-ci elle porte un pantalon serré sur ses jambes. Ses pieds ne sont pas chaussés, mais elle porte des sortes de chaussettes lui couvrant les chevilles et laissant ses orteils nus un peu à la manière de mitaines pour les mains. Cependant la «semelle» de ces «chaussettes» est faite de plusieurs épaisseurs de cuir solide pour ne pas s'user trop facilement.

Histoire : 300 ans plus tôt commence sa vie. L'enfant, brune, yeux bleus, était tout ce que l'on pouvait souhaiter de plus adorable. Ce qui n'était pas le cas de ses parents, malheureusement pour elle... Déjà, elle n'a jamais connu son père, puisque sa mère ne se souvenait même pas de la nuit de sa conception. Pourtant elle n'avait pas bu ni pris de substance... Mais un soir, elle avait rencontré un homme dont elle ne se souvenait que le regard bleu ciel et le lendemain, elle était certaine d'être enceinte bien qu'elle n'ai aucun moyen de le savoir. Et pourtant elle avait raison : 9 mois plus tard venait au monde une jeune fille, héritant les yeux de son père et la chevelure brun clair de sa mère.
Bien qu'elle ne voulait pas d'enfant et qu'elle ait essayé à maintes reprises de s'en débarrasser sans y parvenir, elle finit par s'attacher à ce petit être né d'elle et lui apprit à parler, ainsi que des rudiments de lecture et d'écriture. Mais elle ne voyait pas sa fille, qu'elle nomma Rakka, comme son enfant mais comme un être qu'on lui imposait. Aussi l'enfant grandit sans l'amour de sa mère ni celui de son père, et commença à développer un nouvelle conscience avec laquelle elle pouvait converser, un peu comme un meilleur ami qui lui procurait l'affection qui lui manquait.
A la même période, elle commença à voir des choses que les autres ne pouvaient pas voir. Son fragile équilibre affectif avait été rompu par la création de cet «ami imaginaire» et ses conditions de vie trop solitaires pour une enfant aussi jeune. Cela couplé avec la situation misérable de leur lieu de vie et l'instabilité de leur apport en nourriture et en confort, voir en sécurité de base, elle glissa lentement mais sûrement dans le monde des songes...
A sept ans, Rakka était une enfant très solitaire, tout entière investie dans son monde fantasmagorique et dont les relations se limitaient à une hallucination, la première... Elle ne se rendit même pas compte de la mort de sa mère, agressée au détour d'une ruelle et tuée sans sommations pour ses maigres possessions... Ne se préoccupant plus de se nourrir, il fallut une intervention de son «ami» qui devint sa conscience pour qu'elle daigne chercher de la nourriture et un abri chaque soir. Il fut donc facile de la repérer et de l'isoler...
Cette période reste floue dans son esprit, elle se souvient juste d'un homme qui était venu la chercher un soir pour l'emmener dans un vaste bâtiment à l'écart. Là, on lui fournit nourriture et habits, ainsi qu'une chambre rien qu'à elle... Mais cela n'allait pas sans une certaine contrepartie... Elle ne sait pas vraiment quels drogues pouvaient bien être présentes dans la nourriture qu'on lui donnait, ou encore dans les injections qu'on lui faisait régulièrement, mais bientôt ses hallucinations prirent une toute autre dimension... Parfois, lorsqu'elle sentait une sensation humide sur ses doigts et qu'elle baissait les yeux, elle voyait du sang. Et si elle essayait de goûter, la saveur métallique lui envahissait la bouche... Et lorsqu'elle voyait quelque chose qui n'aurait pas du être la, il semblait qu'à présent d'autres pouvaient les voir aussi... Un jour, dans la froide cellule grise qu'elle occupait, un écureuil était monté sur son bras. Lorsqu'un des hommes était entré et l'avait vu aussi, il avait cherché en vain l'ouverture qui avait permis à l'animal de rentrer. Il était simplement issu de l'esprit de l'enfant. Ce fut d'ailleurs une de ces hallucinations qui lui permit de sortir...
Un jour, elle eut elle ne savait trop comment en main un livre décrivant la faune et la flore du monde connu... Les animaux, inoffensif aux premières pages, envahirent bientôt la cellule avant de se dissiper comme de la brume à l'apparition de créatures plus monstrueuses... Et bientôt son esprit créa lui-même des monstres de plus en plus horribles, si bien que l'un d'eux finit par briser dans sa rage le mur de sa cellule, lui permettant de sortir enfin.
Là, et suivant les sages conseils de sa «conscience», elle dénicha un bandeau dont elle se couvrit les yeux. Ainsi, ses hallucinations, qu'elle ne pouvait plus voir, n'envahissait plus le monde autour d'elle.
Elle dut apprendre à se fier à ses autres sens malgré qu'ils soient sujets eux-aussi aux hallucinations. Sous la houlette de sa «conscience» elle apprit à développer son ouïe, son odorat, son touché et son goût jusqu'à ce qu'elle devienne parfaitement capable de se repérer avec ces seuls sens et ce malgré les hallucinations.
Ses pérégrinations la conduire au marais. Elle avait treize ans... Elle fut attaqué par un monstre contre lequel elle n'était pas armée. Et encore, elle eut de la chance... Avant qu'elle n'ôte son bandeau, il lui avait arraché un bras droit a partir de l'épaule... Une hallucination envahit alors le marais, sous la forme d'un immense dragon qui, entre la grosse bestiole et la frêle jeune fille, choisit bien évidemment le premier... Puis elle sombra dans l'inconscience, terrassée par la perte de sang et la douleur.
Lorsqu'elle se réveilla, elle avait mal au crâne. S'aidant d'un bras pour se redresser, elle chercha son bandeau de l'autre pour le remettre, se rendant compte une fois le bandeau posé sur ses yeux que quelque chose n'allait pas... Son bras ! Il avait été arraché, non..? timidement, tremblante, elle releva son bandeau pour regarder brièvement son bras... il était gris. Et il l'était pas à elle. Elle ne savait pas trop ce qui s'était passé, mais son bras avait été remplacé.
En réalité il s'agissait d'un parasite vivant dans le marais qui avait saisit l'occasion pour se rattacher à un ôte, lisant dans son esprit la partie à remplacer pour en prendre la forme et l'emplacement... Mais cela, Rakka n'en avait aucune idée. Elle savait juste qu'elle avait un nouveau bras...
Elle reprit son errance, sans trop comprendre... Depuis ce jour, certainement à cause de l'infection de son organisme par le bras, ses cheveux ont virés au rose pâle.
Trois ans plus tard... La folle avait découvert les propriétés de son bras et ses capacités de réactions. Elle parcourrait à nouveau le monde, de plus en plus amorphe et obéissante à sa «conscience». Mais là, elle reprenait brièvement conscience...
Un petit village, perdu entre deux collines. La jeune femme marchait dans une rue quelconque, et comme il est de coutume dans ces cas là elle se fit attaquer par des vauriens... Mais cette fois, l'un d'eux réussi à lui retirer son bandeau. Aussitôt, conformément à son hallucination du moment, des ronces envahirent la rue, puis les rues périphériques, puis la totalité du village... Empalant les villageois sur des épines aussi grandes que des épées. Elle-même ne dut sa survie qu'à son bras, qui la protégea des épines les plus grosses, les plus mortelles...
Mais l'hallucination ne s'arrêtait pas la. Une nouvelle créature fit son apparition, sous forme d'un gigantesque monstre de glace... qui eut tôt fait de congeler le village, et la folle qui avait provoqué tout ca avec. Elle plongea ainsi dans une sorte de stase, pas morte mais pas tout à fait vivante non plus. Ce fut long...
En effet, elle se réveilla 284 ans plus tard, un an avant maintenant. Elle avait 16 ans. Durant ce laps de temps, sa «conscience» avait raffermit sa prise sur son esprit, et elle se réveilla alors que la glace enveloppant les ronces fondait, dévoilant des corps parfaitement conservés des villageois... le monstre de glace se dissipa avec la glace. Remettant la main sur son bandeau, Rakka reprit sa route. Durant un an, elle erra ainsi... jusqu'à aujourd'hui.

Clan : aventurier solitaire

Code secret : Validée
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Vétéran
Vétéran
avatar

Masculin
Nombre de messages : 632
Age : 22
Armes favorites : Masamune
Attribut(s) élémentaire(s) : Feu (80%) et glace (20%)
Renom : 228

MessageSujet: Re: Rakka ~ Double compte d'Ashiyu   Lun 15 Aoû - 21:22

Je pense que ça devrait être bon... Validée donc.
Re-bienvenue parmi nous.

_________________________________________________________
"Il existe plus d'une façon de souffrir...ne me tentez pas de vous les montrer toutes."
Revenir en haut Aller en bas
Ashiyu
Vagabonde
avatar

Féminin
Nombre de messages : 403
Age : 24
Armes favorites : Poignard, nommée Arhion , et fils de fer.
Attribut(s) élémentaire(s) : Ashiyu : Neutre / Arhion : Ténèbres
Renom : 77

MessageSujet: Re: Rakka ~ Double compte d'Ashiyu   Lun 15 Aoû - 21:24

Merci ^^ bon, trouver un bon scenar maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
http://siya.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rakka ~ Double compte d'Ashiyu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rakka ~ Double compte d'Ashiyu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Modèle de demande de double compte
» Double Compte
» Obtenir un double-compte (règles et demandes)
» Deuxième tour, retour... double compte à rebours
» Mettre en Mort / Supprimer un Compte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Zelda Triforce V5.0 Prélude :: Index obligatoire :: Présentation-
Sauter vers: