Forum RPG Zelda
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ashiyu Mahann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashiyu
Vagabonde
avatar

Féminin
Nombre de messages : 404
Age : 25
Armes favorites : Poignard, nommée Arhion , et fils de fer.
Attribut(s) élémentaire(s) : Ashiyu : Neutre / Arhion : Ténèbres
Renom : 77

MessageSujet: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 16:43

Nom : Mahann

Prénom :
Ashiyu

Âge :
20 ans.

Race : Hylienne, mais d'origine démoniaque. Le pourquoi du comment sera détaillé dans l'histoire.

Armes : Un poignard orné d'inscription étranges et incompréhensible, d'une écriture ancienne. Ce poignard est également la personnification terrienne d'un démon, et aussi à l'origine de l'existence d'Ashiyu. Depuis peu, il se fait de mieux en mieux comprendre par la jeune femme et peut, a l'occasion d'un grave danger impliquant une mort potentiel, prendre possession de son corps en "recousant" grâce a de la matière noire ses blessures mortelles et la défendre, la maintenant en vie jusqu'à-ce qu'elle ne soit plus en danger de mort immédiat. En revanche, elle devras se faire soigner très rapidement après de telles situations. Elle dispose également de fils de fer greffés a même ses poignets, pouvant sortir par le bout de ses doigts. Ces fils sont extrêmement fins, et elle peut s'en servir pour couper, fouetter ou s'accrocher, un peu comme avec un fouet justement.

Description Psychique :
De jeune femme timide, Ashiyu est passé a jeune femme traumatisée. Très méfiante, elle a surtout peur des hommes, et ne se familiarisera avec eux que péniblement. Elle a de plus en plus de mal a faire confiance aux gens, tant le danger peut venir de partout.
Elle reste néanmoins gentille, et aidera lorsqu'il y a besoin... Juste maintenant elle n'aidera que les personnes qu'elle connait bien, ou les enfants. Sinon, elle aura peur. Et même si aux premiers abords elle peut paraitre peureuse, elle sait faire preuve de courage lorsqu'il le faut, et peut faire face aux situations délicates avec plus ou moins de sang froid...
Elle est devenue plus instinctive, se basant plus sur la réaction que sur l'action dans une situation critique, comme une bête sauvage que l'on aurait mise dans une cage. En parlant de ça, elle supporte encore moins qu'avant la moindre entrave, elle a l'impression que cela la met en danger; Elle a même développé un genre de claustrophobie, et ne supporte plus vraiment les lieux clos.
Ashiyu, suite a de récents évènements, est aussi devenue plus sombre... Elle a plus de mal a parler de son passé, dévoilé a ses yeux depuis peu avec une force brutale. Encore que tout ne soit pas encore très claire dans sa tête, et qu'elle ignore encore beaucoup de choses, elle préfère ne pas repenser aux évènements qui se sont rappelés à elle.
Mais l'ancienne Ashiyu n'est pas morte pour autant... Quand elle est familière d'une personne, elle reste relativement timide, et n'osera élever la voix que si elle est sur de ce qu'elle va dire ou que personne ne propose rien. Elle a tendance à rester au second plan.
Elle reste fondamentalement bienveillante, et jamais elle ne voudras de mal a personne, excepté si cette personne est quelqu'un d'horrible. Elle a plutôt tendance à rechercher la solution pacifique en cas de conflit, mais tout cela, ce n'est qu'une partie d'elle... Elle reste toujours aussi autonome, et refuse de dépendre de qui que ce soit pour vivre. De même, l’honnêteté reste son principale… principe. Elle ne dira jamais quelque chose qu’elle ne pense pas, a aucun prix.
Mais... il y a une facette plus sombre... Car Ashiyu est aussi bien la jeune hylienne à la peau pâle et aux cheveux blancs que le poignard aux inscriptions étranges, Arhion, la lame des enfers, le démon...
Un démon avide de sang et de violence, un démon qui ne reculera devant aucune atrocité, pour sauver sa moitié comme pour s'amuser... Arhion est ce qu'Ashiyu qualifierait comme une personne horrible. Versé dans le sadisme, il aime massacrer juste pour le plaisir des cris et du sang. Il ne comprend pas pourquoi il a viré en jeune femme timide au simple contact des humains, et fait tout pour retrouver la personne qu'il était avant, même si sa marge d'action est très limitée... En effet, il ne peut ni bouger ni parler tant qu'Ashiyu n'est pas proche de la mort, ce qui n'arrive pas si souvent que cela... En attendant, il doit prendre son mal en patience, même s'il en manque cruellement. Autant dire qu'il n'est pas sorti...

Description Physique :
Un peu plus petite que la taille moyenne, la jeune femme dispose d’une carrure pour le moins frêle… c’est le moins qu’on puisse dire puisqu’on peut presque voir ses côtes a travers sa peau. Et pour cause… Elle n’a presque rien a se mettre sous la dent. Une poitrine pas très développée, des hanches fines, elle est loin de la carrure pulpeuse de top modèle tout en restant agréable à regarder. Elle à un visage ovale, aux lèvres fines et autrefois au sourire facile, et aux grands yeux d’un noir brillant. Sa peau est relativement pâle malgré le temps qu’elle passe au grand air, et ses deux avant-bras sont marqués chacun d’une longue cicatrice sur toute la longueur. Mais tout ceci ne constitue en aucun cas le signe distinctif principale de la jeune femme : Une longue chevelure d’un blanc neigeux, coulant tel une cascade jusqu’à ses chevilles mais dont la pointe est étrangement noire, qu’elle attache en queue de cheval ou en tresse selon l’humeur du moment pour ne pas être dérangée.
En ce sui concerne ses vêtements… Souvent des couleurs simples, elle garde un gout pour les tuniques noires et longues et les pantalons serrés sur ses jambes. Et comme elle est plus ou moins une clodo… elle ne dispose pas d’une garde robe réellement conséquente. Aussi elle sera vêtue le plus souvent d’une longue tunique noire serrée autour de sa taille par une ceinture de cuir brune, aux longues manches lui couvrant a moitié les mains, et fendue sur les cotés a partir de la ceinture. En bas, elle porte un pantalon de tissu crème moulant ses jambes, couvert sur ses mollets par une paire de bottes de cuir d’un brun pareille à celui de sa ceinture, nouées par d’épais lacets de cuir pour rester debout. Après, elle se débrouille avec les rivières pour laver ses maigres possessions vestimentaires… Petite touche de coquetterie, elle noue ses cheveux avec un ruban rouge, qu’elle remplace de temps en temps au fil des opportunités.

Histoire : « Mes premiers souvenirs ? Je ne les aie récupérés que récemment… Et ils font partis de ceux que j’aurais aimé garder dans l’ombre. Je n’aime pas vraiment m’en rappeler… »

Partie 1 : Réveil dans le noir et sommeil dans le feu.

La chose n’était pas encore tout a fait vivante. Mais elle avait mal. Très mal. Elle avait été scindée en deux… Une partie, loin dans le métal froid, l’autre modifiée, reformée pour renaitre… L’essence avait été rompue, brisée, par la volonté d’un unique homme à l’esprit tordu. Et elle était née… Il était passé à Elle, et Elle n’avait pas de nom. Elle n’avait pas besoin d’un nom. Elle existait, c’était tout. Et comme elle était la, on l’a rangée.

La pièce était noire. Jamais de lumière, jamais besoin de lumière. Du moins c’était ce qu’ils disaient. Parfois, mais elle n’avait aucune mesure du temps qui passait, on lui apportait de quoi manger. Au début incapable de bouger, nourrisson abandonné dans une pièce vide, elle a finit par se mettre sur ses jambes seule pour se rapprocher du raie de lumière qu’elle vouait au loin et qui l’attirait comme si elle avait été un papillon de nuit. Alors elle resta près de la porte, écoutait les voix qui en provenait, des gens qui passaient devant et parlaient, et ces sons la rassuraient. Parfois, elle avait de l’eau sur les joues mais elle ne savait pas d’où ca venait. Alors elle l’essuyait, et elle partait. Mais elle n’avait aucun souvenir avant la pièce noire, excepté la sensation horrible d’avoir été coupée en deux. Et alors que les gens passaient, elle écoutait ce qu’ils disaient, et apprenait… Lentement, mais elle apprenait.

Le temps est passé extrêmement lentement. Chaque nouveau jour à attendre de pouvoir faire autre chose que simplement attendre dans le noir… Quoi ? Elle ne le savait pas, mais cette attente la rongeait. Elle s’occupait comme elle le pouvait, parfois essayait de voir si elle pouvait ouvrir la porte mais elle était toujours verrouillée.

Elle dormait quand l’incendie s’est déclaré. Elle n’avait aucun nom à mettre dessus, « incendie » était un mot qui n’avais jamais été prononcé devant elle mais elle savait que c’était chaud, orange et produisait de la fumée. Elle s’était réveillée au beau milieu des flammes, et elle avait eu peur. Alors elle s’était enfuie. La porte, enfin ouverte, lui laissait voir un couloir qu’elle n’avait jamais vu entièrement auparavant. Ce fut avec crainte et détermination qu’elle s’y engagea. Elle était mue par un désir insoutenable de voir autre chose que du noir… L’éclat du feu lui faisait mal aux yeux, et elle se retrouva obligée de les cacher pour pouvoir avancer. La fumée la faisait tousser, mais elle avait trop envie de sortir pour y faire attention.

Finalement, elle arriva sans trop savoir comment dans une pièce avec une table en son centre. Au fond de la pièce, une étagère sur laquelle était posé un objet gris et noir, qu’elle trouva immédiatement joli. Elle eut envie de le prendre. D’un coup, les flammes n’étaient plus aussi importantes. Elle avança dans la pièce jusqu’au fond et posa la main sur l’objet. Aussitôt, elle se sentir mieux. Elle avais un peu moins peur… Mais le feu était toujours sur ses talons, et elle devait à tout prix sortir de ce bâtiment. Elle se remit à courir. Finalement, elle arriva dans une grande pièce, plus grande que toutes les autres, avec une porte à l’autre bout. Rassemblant ses maigres et dernières forces, elle fila jusqu’à l’ouverture et s’engouffra dans la nuit, loin des flammes et de leur chaleur ronflante.

Mais alors qu’elle tombait dans le sable, les bras en croix, sur le dos, elle ne put s’empêcher d’observer le ciel sombre constellé d’étoiles au dessus de sa tête. Elle avait réussi à s’échapper, à voir autre chose que la pièce noire ! Un rire nerveux autant que joyeux fusa de sa gorge, se déployant sous la voute céleste dans les bruits de craquement et les cris qui s’échappaient de la bâtisse en ruines… Sa main se resserra sur le poignard. Elle regardait encore le ciel lorsqu’elle perdit conscience.


« A l’époque je n’avais aucun souvenir de cette période de noir… Je n’avais aucun poignard en main en me réveillant, et on m’a dit que j’avais dormis longtemps. En revanche, mon réveil a toujours fait parti de mes souvenirs. »

Partie 2 : Paix et souffrance

L’enfant s’éveilla lentement. Elle avait mal aux yeux, mais peu à peu ils s’habituaient à la pénombre de l’endroit. Une pièce. La peur l’envahit sans qu’elle ne sache pour quel raison. Elle se redressa avec le cri rauque d’une voix trop peu utilisée. Des mains se posèrent sur ses épaules et la poussèrent sur le matelas pour qu’elle se rallonge, et elle se rendit compte qu’elle était sur un lit.


Rallonges-toi petite… Tu es encore trop faible pour te relever.[/list]

La fillette regarda la personne qui lui avait parlé, une femme plus grande qu’elle. Elle portait une robe de coton et ses cheveux étaient noués en une longue tresse. La femme tendit la main vers un bol sur la table de nuit et le tendit à l’enfant, qui le prit dans ses propres mains en se redressant a nouveau, plus doucement. Elle regarda un instant le contenu du bol, pencha son nez dessus et finit par le vider d’une traite, se brûlant un peu la langue au passage. Puis elle se rallongea et ferma les yeux.


Ou..?
Chez moi, dans un village un peu paumé mais sans histoire. Comment es-tu arrivée en plein milieux du désert Gérudo ?
Désert… Gérudo ?
Donc tu ne sais pas ou c’est… Tu viens d’où ?
Je… pas souvenir…

Elle avait tout oublié. Elle ne se souvenait de rien avant la petite chambre. Finalement, la femme décida de s’occuper d’elle et elle l’adopta. L’enfant ne se souvenait même pas de son nom, et sa nouvelle mère l’appela Ashiyu. Son âge estimé, à l’époque, était de 7 ans… Peut-être moins, tant elle était frêle. Ainsi débuta sa nouvelle vie dans le village… Elle s’y plaisait, elle pouvait même jouer avec d’autres enfants, toutes ces choses dont elle avait l’impression d’avoir manqué depuis trop longtemps… Et parfois, les marchands itinérants passaient dans le village, proposant des marchandises, racontant des histoires… Les gardes du corps des marchands en avaient toujours d’excellentes a raconter, pleines d’aventures et de combats épiques, sans doutes enjolivés par les conteurs eux-mêmes, voir totalement inventées… Mais qu’importe, le plaisir de l’écoute était toujours la, et l’enfant s’amusait bien.

Cette vie joyeuse dura pendant approximativement cinq ans.

Parmi tous les marchands ambulants qui passaient, il y en avait un que la fillette appréciait particulièrement. Un vieil homme qui passait souvent par le désert Gérudo, et lui avait dit que c’était lui qui l’avait trouvée et emmenée au village quand elle avais 7 ans. Cette affirmation avait été confirmée par sa mère, et elle avait commencé à passer du temps avec le marchand quand il était la… Et puis de tous, c’était lui qui racontait les meilleures histoires.

Mais quelque chose frustrait la fillette. Jamais le marchand ne l’avait laissé voir l’intérieur de sa caravane. Pourtant, elle avait déjà vu les autres enfants y jeter un œil sans que rien ne leurs fut dit, et elle estimait injuste de ne pas pouvoir regarder elle-même. Pourtant, l’intérieur d’une caravane de marchand devait être plein de merveilles… Finalement, elle se dit que si c’était juste pour jeter un œil, elle pourrait bien y rentrer… Elle attendit la nuit, et lorsque les marchands eurent éteint leurs feu pour dormir a l’auberge elle se faufila hors de chez elle pour aller a la caravane.

Elle finit par arriver devant l’entrée de la caravane avec la crainte de se faire attraper. Elle poussa un discret soupire de soulagement quand elle posa enfin le pied sur les planches de bois. Elle fit deux pas, accroupie dans la caravane, regardant à la lueur des braises mourantes du feu les merveilles qu’elle avait enfin sous le nez. Mais son regard fut attiré avec insistance par une simple boite de bois posée sous une étagère. Une boite solide, de la longueur de son avant-bras, et munie d’un cadenas. Sans pouvoir refreiner sa curiosité, elle approcha de la boite et l’examina. Elle ne voulait pas l’ouvrir, juste regarder… Mais un halo sombre passa par l’interstice entre la boite et le couvercle, approchant de la fillette qui, si elle prit peur, ne recula pas pour autant. Quelque part, cette fumée lui était familière… Et lorsque la fumée sut entrée en contact avec sa main, elle sut qu’elle venais de retrouver quelque chose d’important.


« Après ca… Ce fut le massacre. Je n’aime pas vraiment en parler, et je ne m’en souviens pas depuis très longtemps… Mais je suis sortie de la caravane, et je me souviens que je souriais. Je ne me souciais plus de me faire repérer ou pas… Je n’avais plus qu’une seule envie… tuer. »

Partie 3 : Le début de l’errance

La fillette ne se souvenait à nouveau plus de rien en s’éveillant. Enfin de rien… Elle se souvenait avec clarté des cinq dernières années de sa vie, mais pas des cinq dernières heures…

Elle se releva et regarda autour d’elle. Le village était silencieux. C’était le matin, et personne ne sortait pour s’occuper des animaux, ou acheter des choses… Ashiyu trouva cela étrange et décida d’aller réveiller les villageois et les marchands. Après tout, à cette heure-ci, les gens étaient réveillés d’habitude…

Elle était en périphérie du village, et elle ne se souvenait plus de comment elle y était arrivée. Peut-être que les villageois pourraient l’éclairer… Elle se rendit sur la place de la foire, et elle n’en crut pas ses yeux. Elle était couverte de cadavres. Les cadavres des forains. Affolée, la gamine parcourut tout le village, les yeux pleins de larmes… Tout le monde était mort. Même ses parents. Tués dans leur sommeil, éventrés dans leur lit, dans une dernière étreinte… Ce fut la goute d’eau qui fit déborder le vase… Ashiyu fondit en larmes, et pleura de longues heures durant. Puis elle se rendit compte qu’elle avait quelque chose dans la main…

Un poignard. Intégralement noir, sa lame s’ornait de fines inscriptions… Ou avait-elle trouvé ça ? Et elle se baladait avec depuis son réveil, sans s’en rendre compte ! Elle se demanda comment cela avait été possible…

Elle passa encore un certain moment à examiner l’arme, la trouvant étrangement réconfortante, comme quelque chose auquel se raccrocher dans l’horreur qu’était devenu sa vie. Elle avait encore du mal à réaliser que tout le monde était mort… Lentement, elle sortit de la pièce en évitant de regarder ses parents décédés. Elle ne pouvait pas rester ici… Elle devait aller ailleurs, prendre la route. Elle ne savait pas comment elle allait s’en tirer, mais elle ne pouvait pas vivre au milieu de ce champ de ruines.


***


Elle voyageait depuis… Une semaine. Elle avait fait attention à emmener a manger, mais elle ne connaissait pas le voyage, et elle n’en avait pas pris suffisamment. Elle avait faim. Très faim. Et elle ne savait pas du tout comment se nourrir. Et elle était encore terriblement jeune, suffisamment pour faire une proie facile… Aussi ne se méfia-t-elle pas lorsque trois personnes surgirent devant elle sur une petite route dans la forêt.

- Dis-moi petite, tu n’as rien d’intéressant pour trois pauvres filous ?

Ils ricanèrent, et Ashiyu ne comprit pas. Elle ne possédait rien, elle était toute jeune et pas bien épaisse… Et puis ils avaient l’air en bonne santé, alors pourquoi voulaient-ils qu’elle leur donne quelque chose ?

- Désolée, mais je n’ai rien sur moi… Mais j’ai très faim, vous n’auriez pas a manger ?

Les trois hommes se regardèrent, interdit, puis éclatèrent de rire. Plongée dans l’incompréhension, elle les regarda pendant un moment avant de s’agacer, l’estomac bruyant.

- Dites, je suis sérieuse !
- Mais oui, mais oui petite… Hum… A bien y réfléchir on a peut-être quelque chose pour toi gamine.
- Tu veux tester sur… ?
- Bah elle a l’air paumée et sans personne, c’est l’idéal non ?
- Alors vous avez a manger pour moi ?
- Mais oui, suis-nous !
-Ok…
Elle suivit les trois hommes, un peu hésitante, mais après ce qui s’était passé dans son village ca ne pouvais pas tourner pire… Si seulement elle savait…

« Ils m’ont emmenée dans leur repaire. A l’époque, je ne savais pas que c’était des brigands. J’étais une enfant, encore sous le choc, fatiguée et affamée. Je ne suis pas sur que ca ait réellement changé depuis d’ailleurs, mais bon… Toujours est-il qu’ils voulaient tester sur moi l’implant d’une arme inventée par leur sorcier, un genre de métal vivant capable de bouger selon la volonté de son possesseur… L’implant m’aurais tué sans cette maudite dague. Pour la première fois, elle m’avait sauvée la vie… Au détriment d’une dizaine d’autres, puisque j’ai tué chacun des brigands. Et depuis, j’erre… »

Clan :
Solitaire.

Code secret : Validé


Dernière édition par Ashiyu le Ven 9 Aoû - 17:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://siya.forumactif.org/
Istomir
Connu, et reconnu?
Connu, et reconnu?
avatar

Masculin
Nombre de messages : 304
Age : 23
Armes favorites : Cimeterres
Attribut(s) élémentaire(s) : Escrimes (100%)
Renom : 113

MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 16:50

Très bonne présentation selon moi^^. Bienvenue à toi^^
Revenir en haut Aller en bas
Ranskaa
Soldat
Soldat
avatar

Masculin
Nombre de messages : 289
Age : 24
Armes favorites : Flute et Bilboquet
Attribut(s) élémentaire(s) : Son (100%)
Renom : 103

MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 18:28

Salut à toi!

Peu de fautes, la classe :D

Au plaisir de Rp avec toi, mais Krynn c'est mieux que Solitaire :D

_________________________________________________________
Salut Invité, que dirais-tu de tâter mes belles citrouilles bien juteuses ?

Si vous aimez le metal sympho, écoutez ça!
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Vétéran
Vétéran
avatar

Masculin
Nombre de messages : 632
Age : 22
Armes favorites : Masamune
Attribut(s) élémentaire(s) : Feu (80%) et glace (20%)
Renom : 228

MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 18:39

Validée, quelques petites fautes mais rien de bien grave je pense.
Bienvenue sur le forum !
Tu devrais pouvoir commencer à rp je pense.

_________________________________________________________
"Il existe plus d'une façon de souffrir...ne me tentez pas de vous les montrer toutes."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 20:43

Bienvenue ! Pas beaucoup de fautes sauf le "peut" tu semble faire systématiquement la faute, ça s'écrit "peu", à part ça très belle présentation, encore bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Ashiyu
Vagabonde
avatar

Féminin
Nombre de messages : 404
Age : 25
Armes favorites : Poignard, nommée Arhion , et fils de fer.
Attribut(s) élémentaire(s) : Ashiyu : Neutre / Arhion : Ténèbres
Renom : 77

MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 11 Mar - 22:53

Merci de votre accueil tout le monde Youpie !
Sinon, pour l'avatar, dès que je peut je mets un dessin de mon perso à moi, mais comme dans l'immédiat je peut pas je fait comme ca.
Revenir en haut Aller en bas
http://siya.forumactif.org/
Ashiyu
Vagabonde
avatar

Féminin
Nombre de messages : 404
Age : 25
Armes favorites : Poignard, nommée Arhion , et fils de fer.
Attribut(s) élémentaire(s) : Ashiyu : Neutre / Arhion : Ténèbres
Renom : 77

MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   Ven 9 Aoû - 17:53

Fiche éditée, plus complète, comprenant maintenant toute une partie qui n'existait pas avant. Les changements sont autorisés par Seph.
Revenir en haut Aller en bas
http://siya.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ashiyu Mahann   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ashiyu Mahann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Zelda Triforce V5.0 Prélude :: Index obligatoire :: Présentation-
Sauter vers: